ELODIE

JE REJOINS CÉLESTE RUE DE LA ROQUETTE, ELLE EST EN TERRASSE, LE SOURIRE FESTIF ET LES YEUX PLEINS D’ÉTOILES. « ELODIE VIENT DE PARTIR SE PRÉPARER, ON PREND UN VERRE AVANT DE LA RETROUVER ? » ON EST JEUDI SOIR IL EST 23H30 ET DANS 1H NOUS AVONS RENDEZ-VOUS AU BADABOUM POUR UNE SOIRÉE ELECTRO, AVEC ÉLODIE OU PLUTÔT CHATTE CHATOYANTE.

Qui se cache derrière ce nom félin ?

« JE ME DÉCRIRAIS COMME UNE PERFORMEUSE QUI MÊLE LE BURLESQUE ET LA DANSE CONTEMPORAINE AU GRÈS DE MES ENVIES MAIS JE N’AIME PAS LES ÉTIQUETTES. ON PEUT ME RETROUVER DANS DES CABARETS, DES EXPOS, DES SOIRÉES. TOUJOURS AVEC LA MÊME PATTE… CELLE DE CHATTE CHATOYANTE. »

Quelques caïpirinhas plus tard nous retrouvons Élodie dans les backstages du Badaboum. Nous sommes scotchées. Élodie jolie a disparu ! C’est une créature dorée et majestueuse qui nous accueille dans sa loge. Concentrée, Élodie la princesse guerrière entre dans la peau de son personnage. On l’observe avec impatience avant de la suivre sur scène. Pour son premier passage Chatte Chatoyante ronronne, elle enchaîne les poses lascives, une succession de tableaux vivants et sensuels.

« A 10 ANS J’AVAIS HÂTE D’ÊTRE À NÖEL POUR REGARDER LE CRAZY HORSE À LA TÉLÉ. »

La scène a toujours rythmé sa vie. Depuis sa tendre enfance Élodie danse, se déguise, se transforme. Les représentations se répètent, les spectacles s’enchaînent.

« A 15 ANS, JE FAISAIS PARTIE D’UNE COMPAGNIE AVEC DES COPINES, UN STYLE DE CABARET, IL A FALLU S’ADAPTER AUX DIFFÉRENTS PUBLICS… DANSER DEVANT UN GROUPE DE FOOTBALLEURS, ÇA FORGE TON EXPÉRIENCE ! »

C’est la fin de son premier passage, Chatte Chatoyante se glisse dans les coulisses.

A nous la piste de danse, Céleste et moi profitons de l’absence d’Élodie pour nous évader à notre tour. La musique nous entraîne et après une série de pas de danse effrénés, le rythme obsédant nous alerte… Chatte chatoyante est de retour et cette fois-ci elle a sorti ses griffes. Le public est bouche bée, les corps se trémoussent mais les yeux s’écarquillent comme hypnotisés. Élodie agite des ailes dorées, puis commence à s’effeuiller, elle ne ronronne plus, elle rugit !

« J’AIME SURPRENDRE MON PUBLIC, CROISER DES REGARDS SÉDUITS, RENDRE LES GENS HEUREUX. ÉVIDEMMENT, TOUT LE MONDE N’EST PAS AVISÉ, CERTAINES PERSONNES NE VOIENT PAS LE CÔTÉ ARTISTIQUE MAIS SEULEMENT UN JOLI CUL NU, MAIS FINALEMENT CHACUN PREND DU PLAISIR À SA FAÇON. »

La désinvolture d’Élodie face à son talent nous éclate. La scène est son terrain de jeu. Un jeu « dangereux » mais qui ne lui fait pas peur car sa sensualité et son envie de surprendre sont innées. Ce soir Élodie danse pour la soirée Shades of Gold du collectif Monstart dont elle fait partie. Ce crew organise des soirées électro dans lesquelles Élodie propose une scénographie et toutes les chorégraphies.

« J’ADORE L’IMPROVISATION, JE M’Y SENS LIBRE. POUR LES SOIRÉES MONSTART, JE DONNE L’INSPIRATION ET L’AMBIANCE PUIS LES DANSEUSES INTERPRÈTENT, SE L’APPROPRIENT, DONNENT LEUR PERSONNALITÉ. »

Élodie transforme tout ce qu’elle touche. Le fétichisme et l’érotisme l’inspirent tout comme l’univers du cirque. Elle s’adapte à tout mais n’interprétera jamais rien normalement : son challenge est de faire changer les points de vue et d’aller là où on ne l’attend pas.

« JE SUIS UN CHAT, UN ÉLECTRON LIBRE, UN CAMÉLÉON. »

On regarde ce chat sur scène, elle entre dans une sorte de transe, prise par une énergie incroyable.

Élodie aime la Femme.

« LORSQUE QUE JE CRÉE MES CHORÉ, J’IMAGINE TOUJOURS DES FEMMES CAR J’AIME LEURS CORPS ET TOUT CE QU’ILS DÉGAGENT. LE DÉCOR VIVANT ME PASSIONNE, J’Y INTÈGRE DES SEINS ET DES JAMBES À TOUT VA. »

Elle nous explique qu’elle se sent particulièrement libre, qu’il est plus facile de s’assumer quand tu es une fille. Les hommes sont plus cloisonnés, ils ne peuvent pas se maquiller, s’habiller comme ils veulent. Il y a une pression de la société qui les oblige à être forts, virils et protecteurs. Élodie a embarqué toute sa famille dans son aventure. Son père s’occupe des décors, sa mère des costumes… Pas besoin de sac magique pour notre Mary Poppins qui crée n’importe quel décor à partir de n’importe quoi. Elle n’est pas contre le parapluie qu’on lui tend.

« J’ESPÈRE PARTIR VOYAGER ET CONVERTIR LE MONDE À LA DOUCEUR DE CHATTE CHATOYANTE ! »

Il est 4h30, Chatte Chatoyante quitte la scène. La fatigue se fait sentir, nous enfourchons nos vélos, sourire aux lèvres et des paillettes plein la tronche.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s